Lancement du nouvel album
Théorème du nombre critique

Si l’on observe bien la réaction exothermique possible entre les atomes d’un orchestre expérimental et
des molécules de chants contestataire, on y retrouve la musique effervescente de Tintamare. TTMR²=ℕc.
Un théorème soulignant les particularités multiples d’un groupe de musique courant du prog-rock acoustique au
post-folk réfractaire, sous une formule rythmique effrénée catalysée par des corps conducteurs dansants.
Un phénomène largement observable par écoute, dont la scène est le laboratoire.



+++


2016


5 octobre - Club Soda, Montréal

8 octobre - Funérailles des Beaux Jours, Ste-Rose-du-Nord

13 octobre - Théâtre Granada, Sherbrooke

14 octobre - Le Cercle, Québec

26 octobre - 3030 Dundas, Toronto

27 octobre - L'Avant-Garde, Ottawa

28 octobre - Le Zaricot, St-Hyacinthe

5 novembre - Le Baril Roulant, Val David

16 décembre - Zénob, Trois-Rivière

17 décembre - Coop Paradis, Rimouski


+++


CONTACT // DEVIS TECHNIQUE // FACEBOOK // BANDCAMP


+++



Enregistré à l'hiver 2016
Prise de son : Félix de l'Étoile et Frédéric Messier ¨
Mix : Martin Gauthier
Mastering : Francis Bélanger Lacas
Dessin par Samuel Carrier


+++


Depuis plus de 5 ans, Tintamare est un projet musical qui puise sa volonté d'être dans la contestation, les spectacles époustouflants et la créativité collective. D'abord composé de cinq musiciens, l'organisation a grandement évolué au cours des dernières années, doublant ses effectifs afin de gagner en dynamique, en son et en énergie.

À la suite d’un premier album qui s'imposait de lui-même et d’un EP plus réfléchi, la formation présente cette année une œuvre sonore qui lui est significative. En soulignant les dimensions parabolesques de la composition à dix et les efforts ardus qui s’ensuivent, Tintamare présente un nouvel album plus élaboré et structuré. Un son encore et toujours inspiré par la musique du voyage, les propos du refus et les festivités momentanées ; et de plus en plus inspiré par l’expérimentation rythmique et les agencements harmoniques éclatés. Une approche musicale où les dix composantes de cette unité peuvent mettre en marche le son des cordes, des vents et des percussions.

10 musicien.ne.s. 14 cordes de 41 à 2093 hertz. 3 cuivres dont 3 pistons et 2 coulisses à 120 décibels. 2 bois à 22 clés. 1 soufflet produisant 1000 et 1 sons. 4 tambours, 3 cymbales et 2 baguettes. 1 "R" : Tintamare.


Biographie

Les premiers vestiges plus ou moins officiels de Tintamare remontent à 2010, lors des multiples rencontres hasardeuses entre Gab Séguin, Simon Lefebvre, Jo Millette et Samuel Carrier. Au début, ce fut surtout les tables rondes de cuisines, les partys de salons et la musique de rue qui furent exploités pour explorer la musique et apprendre à jouer ensemble. La basse funk se mariait très bien avec le violon manouche, la guitare percussive et l’accordéon balkan.

À travers les voyages des uns et les études des autres, ils rencontrèrent Oli Latulippe et sa trompette ainsi que Geoffroy Renaud, un percussionniste avec qui ils prirent le temps d’enregistrer Pou’a Luck. La fin du printemps 2011 se déroula en grande partie dans un sombre sous-sol d’Ahuntsic pour enregistrer un démo de six pièces paru en 200 copies, chacune éditée à la main. De bouche à oreille, Tintamare commença à se faire un nom, et les invitations à faire des premières parties se multiplièrent.

En mars 2012, le chanteur du groupe Chahut d’Ruelle, Phil Ouellet, les invita à participer au Fabuleux Festival International du Folk Sale de Ste-Rose-du-Nord, lequel fût pour Tintamare un tremplin qui donna au groupe une grande visibilité, un bon coup de pouce et qui leur permis de se tailler une place dans « la scène underground ». C’est suite à ce festival que s’organisa, un peu bric-à-brac, leur première tournée d’été.

En septembre, une fois les relents de l’été dissipés, Tintamare s’isola dans un chalet des Bois-Francs avec Félix De l’Étoile pour enregistrer l’album acoustique Du Sociobruitage. Avec l’aide de la Coop Coup d’Griffe, c’est au mois de décembre qu’ils lancèrent l’album dans un Quai des Brumes plein à craquer. La soirée passa d’ailleurs à l’histoire du bar comme « la fois où le plancher a presque défoncé ». Une centaine de spectacles répartis sur environ un an et demi suivirent le lancement. Tintamare partagea la scène avec plusieurs artistes dont Lemon Bucket Orchestra, Canailles, Québec Redneck Bluegrass Project, Bad Uncle, Les Chiens de Ruelles et bien d’autres.

À l’hiver 2014, Tintamare regroupa quelques nouvelles chansons sous le titre Petit éloge de l'amitié à l'ère d'la marde. Mettant de l’avant les dimensions lyriques et mélodiques lors du processus de création, il en résulta une œuvre plus calme et introvertie que les propositions précédentes du groupe. Le E.P., sorti uniquement en édition limitée de 200 cassettes, avait pour but d’encourager une écoute plus complexe, donc plus attentive, dans une contre-optique de consommation immédiate de la musique.

Le printemps qui suivi, à l’occasion du lancement du E.P., Tintamare décida d’éclater ses propres limites musicales pour la tournée estivale. En intégrant une section de cuivres et un drum, le groupe travailla très fort aux arrangements des chansons. Si Tintamare arrivait déjà à faire lever les foules depuis 2010, les prestations devinrent alors complètement explosives. Dès lors surnommée la « Formule Monstre », Tintamare intégra Félix De l'Étoile à la clarinette basse, Simone Leblanc au saxophone, Phil Ouellet et Marie-Michèle Plamondon aux trombones et Fred Messier au drum.

Ainsi, l’été 2014 fut truffé d’une vingtaine de spectacles en « Formule Monstre ». Au fur et à mesure que s’enchaînaient les expériences de scène de plus en plus vibrantes, un constat devenait de plus en plus incontournable pour les membres de Tintamare : un retour en arrière n’était plus possible. Désormais, l’extension de la bande serait officiellement fusionnée au noyau d’origine. Cependant, pour que ce projet élargi atteigne son plein potentiel, il devint impératif pour le groupe de dépasser la simple « adaption » de ses anciennes compositions, afin de plonger dans un réel processus collectif de création. De l’automne 2014 au printemps 2015, Tintamare est donc entréE en phase de composition intensive, où tous et toutes ont mis la main à la pâte.

Au printemps 2015, le groupe était enfin prêt à présenter ses compositions originales en spectacle, dans le cadre d’une tournée baptisée Acouphènes et Cataractes. Au début de celle-ci, en mai 2015, Tintamare fut invitéE à jouer en première partie de Lemon Bucket Orchestra au Théâtre Rialto, à l’occasion de leur lancement d’album. De cette rencontre fortuite, l’orchestre torontois les invita dans leur métropole ontarienne, permettant au groupe d’enchaîner quelques spectacles dans la région de Toronto et de faire connaître leur son au-delà des limites des frontières québécoises. La saison 2015 s’est ainsi poursuivie à cheval entre le Québec et l’Ontario.

Accumulant les compositions originales et développant progressivement une méthode créatrice de plus en plus chevronnée, le besoin d’entrer en studio est devenu manifeste, d’autant plus que le groupe n’avait pas de matériel audio représentatif depuis l’intégration de sa seconde moitié. L’hiver et le printemps 2016 furent donc consacrés à l’immense tâche de peaufiner les pièces, d’organiser l’enregistrement en s’enfermant dans un chalet dédié à la prise de son, ainsi que de s’autoproduire. De ces efforts communs a été formulé le Théorème du Nombre Critique, album situé à la frontière entre la sociocritique stratifiée, les arrangements retentissants et la jungle musicale.




+++